Mettre la figuration en doute

jeudi 4 octobre 2012
par  P. Robert
popularité : 4%

Les programmes de 1ère demandent de travailler la figuration sous différents angles, dont celui de son rapport à son référent. Le référent, c’est ce à quoi on se réfère pour identifier ce qu’on nous signifie. Sans référent, il n’y aurait pas de figuration ; l’œuvre deviendrait abstraite. Mais l’artiste peut rechercher l’instant de doute, l’instant où l’on va hésiter, s’interroger sur ce qui nous est signifié, l’instant où notre pensée est stimulée plutôt que dirigée.

A l’opposé de toutes ces situations où communiquer c’est expliciter, clarifier, rendre univoque, l’artiste peut privilégier les moments d’absence de sens, de flottement de sens, de multiplication du sens.

Les travaux présentés ici ont été réalisés suite à différentes propositions. Tous ont en commun de préférer la polysémie à la monosémie : le sens y est comme suspendu, ouvert plutôt que téléguidé. Selon les travaux , le flottement découle soit des choix figuratifs, soit des choix de techniques, de composition, stylistiques, plastiques...